Mission RESOLAG à Mangareva : étude de faisabilité de réensemencement de nacres géniteurs (09/22)

Dans le cadre de son réseau d’observation du lagon (RESOLAG), une équipe de la DRM s’est rendue à Mangareva du 30 août au 06 septembre 2022 pour y réaliser l’entretien de deux sondes permettant de suivre les paramètres du lagons (température, salinité, chlorophylle a, oxygène) installées en permanence dans le lagon et financées par le programme PROTEGE. Ce déplacement a été aussi l’occasion de présenter les résultats d’une étude menée avec l’IRD et l’IFREMER sur les courants et le stock sauvage d’huîtres perlières des Gambier, pour mieux comprendre les mécanismes physiques liés au collectage. Grâce à elle, nous avons pu constater la faiblesse du stock sauvage dont l’estimation du stock total est de 400 000 nacres seulement.

En parallèle, le comité de gestion a alerté la DRM sur deux années consécutives de mauvais résultats de collectage et s’inquiète de leur approvisionnement en nacres pour 2023.

Lire la suite ….

Partagez !

Mission de la DSA de Wallis et Futuna à Tahiti : coopération avec nos homologues du Pacifique (08/22)

La semaine passée, une délégation de Wallis et Futuna s’est rendue en Polynésie française afin de participer à un atelier de réflexion sur l’adaptation du « marine monitoring toolkit » (boite à outils pour le suivi du milieu marin). Une opportunité pour les agents de la DRM de rencontrer leurs homologues de la DSA, Direction des Services de l’Agriculture, de la Forêt et de la Pêche.

Organisé par le bureau d’étude australien C2O, les agents de la DRM et de la DSA ont été convié à ces deux jours d’ateliers pour discuter des différents modules proposés par la boite à outil (suivi des captures de poissons, récifs, invertébrés, mangroves et herbiers) et définir les besoins spécifiques à chacun des territoires.

Ce déplacement à Tahiti a offert l’opportunité d’organiser des échanges entre la DRM et la DSA notamment sur des actions mises en œuvre dans le cadre du projet PROTEGE, les deux services étant les chefs de file de leurs territoires pour la thématique Pêche côtière et aquaculture du projet régional.

Une présentation des études sur l’évaluation de la pression de pêche menées respectivement à Wallis et Futuna et en Polynésie française (Rangiroa et Arutua) a permis à la DSA, la DRM et au CRIOBE de partager leurs travaux en cours. D’autres échanges techniques ont eu lieu au Centre technique aquacole de la DRM à Vairao ou encore avec deux coopératives de pêches de la presqu’île.

Partagez !

Mission à Arutua : Préparer pour mieux gagner (06/22)

La semaine passée, une équipe de la DRM s’est rendue à Arutua afin de restituer les résultats de deux études menées l’an passé dans le cadre du projet PROTEGE.

L’une porte sur le développement de la filière de valorisation du poisson lagonaire, la seconde sur la faisabilité technico-économique de valorisation des déchets de poissons.
La mission a permis de mettre en lumière le potentiel de transformation du poisson lagonaire de l’atoll (filetage, séchage etc.) et les avantages liés au montage d’une coopérative.

Partagez !

A la recherche d’alternatives aux matériaux plastiques : 2 projets en cours à la DRM (06/2022)

Dans le cadre du projet PROTEGE, une équipe de la DRM s’est rendue à Moorea afin de discuter des projets en cours d’alternatives aux matériaux plastiques utilisés par l’aquaculture.

En effet, actuellement la DRM conduit deux projets d’alternatives aux matériaux plastiques qui ont pour objectif de fabriquer et expérimenter localement des biomatériaux (cordage à base de fibre de coco, table en bambou, etc).

Vendredi matin, ce sont donc une dizaine de personnes dont la coordinatrice territoriale du projet PROTEGE, 4 agents de la DRM, 1 aquaculteur de bénitier de Reao et les 2 porteurs de projets (Polyacht et Aquaservices) qui se sont réunis à Moorea afin de mettre en contact les différents partenaires et discuter des prototypes proposés.

Ces projets sont en cours et permettront peut-être à terme de proposer des alternatives durables aux professionnels des filières aquacoles et perlicoles.

Partagez !

Objectif « Green » pearl : Présentation à la délégation Erasmus du lycée Samuel Raapoto (06/2022)

La semaine passée, dans le cadre du projet PROTEGE, une équipe de la Direction des ressources marines s’est rendue au lycée Raapoto à Arue afin de présenter des projets de développement durable en Polynésie.

Devant les classes européennes du lycée et leurs invités Erasmus (une dizaine de lycéens venus de Grèce, Danemark, Espagne), l’équipe DRM a introduit le projet européen PROTEGE et son objectif de soutenir le développement durable des pays et territoires européens du Pacifique, puis un agent a présenté le contexte de la perliculture et les challenges que la filière rencontre afin de produire une perle « éco-responsable », notamment vis-à-vis de la gestion de ses déchets. Pour terminer, les lycéens ont pu découvrir un projet récemment lancé de fabrication locale de corde à base de fibre de coco sèche. L’objectif serait de proposer du cordage naturel aux perliculteurs afin de remplacer les cordages plastiques. Ce dernier est porté par Polyacht et conduit par la DRM, en partenariat avec le projet PROTEGE.

Partagez !

Aquaculture durable : dernier jour de formation kit aquaponie pour nos agents ! (06/2022)

Dans le cadre du projet PROTEGE, une équipe constituée d’agents de la Direction des ressources marines (DRM) et de la Direction de l’agriculture (DAG) ont achevé un stage de formation sur le fonctionnement d’un kit aquaponie.

Du montage du kit aquaponie à l’introduction aux différents composants clés d’un système aquaponique, en passant par le développement de systèmes complémentaires (autocompostage, élevage d’insectes etc.), les 7 agents ont pu bénéficier d’un stage de formation de 5 jours donnée par Eric Adams, l’expert local en aquaponie.

Prochainement, un guide technique sera publié afin de diffuser le protocole de montage et de fonctionnement en routine pour les familles du fenua notamment des Tuamotu qui souhaiteraient mettre en place cette technique dans leur faapu.

Partagez !

Aquaculture durable : un kit aquaponie pour produire frais et local (05/2022)

Dans le cadre du projet PROTEGE, la DRM développe un kit d’aquaponie afin de répondre à la problématique d’une alimentation saine et diversifiée dans un contexte de ressource en eau limitée notamment aux Tuamotu.

Dans ce projet, Eric ADAMS, expert local en aquaponie, a été sélectionné pour monter un kit aquaponie de démonstration, puis former des agents de la Direction de l’agriculture (DAG) et de la Direction des ressources marines (DRM) au montage et au fonctionnement en routine du kit. Par la suite, il s’agira de diffuser un guide technique de montage et d’entretien pour permettre aux familles intéressées de produire en routine et à une échelle artisanale, environ 2 kilos de légumes par jour, soit 200 g de légumes par personne et par jour pour une famille de 5 personnes.

* L’aquaponie est une technique qui permet fonctionnant en circuit fermé, comme en hydroponie, en combinant l’élevage de poissons et la culture maraichère, sans que l’utilisation d’engrais ne soit nécessaire. Jusqu’à présent, l’aquaponie polynésienne était basée sur des espèces exogènes (le Tilapia ou le Sunfish). La DRM expérimente donc un kit d’aquaponie basé sur du Pati (Chanos chanos) espèce indigène connue des populations Paumotu.

Partagez !

Ouverture du 1er Atelier régional sur les Zones de Pêche Réglementée (05/2022)

Le ministre de la Culture, de l’Environnement et des Ressources Marines, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a ouvert, lundi 2 mai au matin, le tout premier « Atelier Régional sur les Zones de Pêche Réglementée en Polynésie française (ZPR) ».

Cet évènement, organisé avec le soutien du programme Projet Régional Océanien des Territoires pour la Gestion durable des Ecosystèmes (PROTEGE), se tient du 2 au 4 mai à l’hôtel Le Tahiti à Arue et rassemble une quarantaine d’acteurs concernés par les ZPR. Elles sont devenues un outil incontournable dans la politique publique maritime portée par le Pays et, de surcroit, indispensable aujourd’hui pour la préservation des ressources marines en Polynésie. Les ZPR permettent d’encadrer l’activité selon les espèces protégées ou encore les moyens utilisés pour la pêche.

lire la suite …

Partagez !

Que mangerons nous demain ? La Direction des ressources marines au Village de l’Alimentation et de l’Innovation (04/2022)

En partenariat avec le projet PROTEGE, la Direction des ressources marines (DRM) a participé au Village de l’Alimentation et de l’Innovation (VAI) qui s’est tenu du 31 mars au 4 avril 2022 à la Maison de la Culture. L’occasion pour la DRM, la Direction de l’agriculture (DAG) et le projet PROTEGE de tenir un stand commun et montrer les travaux menés sur la transition alimentaire et l’aquaculture de demain.

lire la suite …

Partagez !

Mission RESOLAG à Apataki : installation de 22 capteurs pour modéliser la circulation hydrodynamique du lagon (04/2022)

En partenariat avec le programme PROTEGE, une équipe DRM du RESOLAG s’est rendue à Apataki fin avril 2022 afin de lancer un projet de modélisation hydrodynamique du lagon, en collaboration avec l’IRD.

La mission a permis d’installer 22 capteurs (température, température-pression, courantomètre) sur différentes stations réparties sur l’ensemble du lagon d’Apataki ainsi que quelques-unes à l’extérieur du lagon. Ce déploiement va permettre de collecter sur plusieurs mois la donnée nécessaire pour modéliser l’hydrodynamisme du lagon. En juillet, une équipe composée d’ingénieur et chercheur de l’IRD et de l’IFREMER accompagné de l’équipe du RESOLAG viendront relever les instruments et réaliser une campagne de comptage de nacres du stock sauvage dans le lagon d’Apataki. Ce projet vise à mieux comprendre la dispersion des naissains de nacre au sein du lagon pour mieux identifier les zones propices au collectage et envisager dans le futur un repeuplement du lagon en nacre afin de soutenir la filière perlicole.

Cette mission a permis aux agents de la DRM de se rendre compte de la bonne santé du lagon d’Apataki avec des communautés coralliennes et de poissons riches.

Partagez !

Mission RESOLAG à Ahe : 2 sondes pour comparer la zone nord-est et la zone sud-est du lagon (03/2022)

En partenariat avec le projet PROTEGE, une équipe du RESOLAG s’est rendue sur l’atoll de Ahe fin mars 2022 pour installer deux sondes multiparamètres qui permettront de comparer le secteur nord-est du secteur sud-ouest.

Partagez !

RESOLAG, le réseau d’observation des lagons de Polynésie française à l’honneur dans l’émission Résilience (27/03)

Dimanche 27 mars à 16h55 sur la chaine TNTV sera diffusé le nouvel épisode de l’émission Résilience réalisé dans le cadre du projet PROTEGE.

Cet épisode partira à la rencontre de pêcheurs et scientifiques qui participent aux observatoires des pêches côtières et des lagons en Nouvelle Calédonie, à Wallis et Futuna et en Polynésie française. Sur le fenua, c’est le RESOLAG, le réseau d’observation des lagons de Polynésie, qui sera présenté grâce à l’intervention de la Direction des ressources marines.

Partagez !

Mission à Takapoto : Récupération d’instruments, nettoyage du lagon et assistance technique (03/2022)

Grâce au projet PROTEGE, l’équipe du RESOLAG de la DRM a pu se rendre à Takapoto afin de poursuivre leur collaboration avec plusieurs projets en cours.

En effet, la mission a permis de récupérer l’ensemble des instruments posés par l’équipe du RESOLAG en octobre 2021 dont les données collectées pendant presque 6 mois dans le lagon permettront d’établir le modèle hydrodynamique du lagon. Une étude est menée en partenariat avec l’IRD et l’IFREMER qui vise à mieux comprendre le fonctionnement du lagon de Takapoto qui présente la particularité de ne pas avoir de passe. Le renouvellement de l’eau se fait alors uniquement par les hoa et pourtant ce lagon contient une forte communauté de nacres sauvages.

Aussi, l’équipe du RESOLAG est venue apporter une assistance technique au projet huitres sentinelles de l’Ifremer. Ce projet vise à surveiller la contamination des lagons en utilisant l’huitre perlière comme indicateur. En effet, cet organisme filtre des dizaines de litres d’eau par heure et accumule ainsi dans ses tissus les microparticules de plastique que l’on retrouve dans le lagon. En comptant le nombre de particules retrouvées dans les tissus d’huitres élevées spécialement pour cela, il est possible d’estimer la contamination du lagon.

Enfin, la présence des agents a permis d’apporter une aide au vaste projet de ramassage des déchets perlicoles organisée par le Pays. Des lignes de collectages coulées ont été récupéré et acheminées vers des bigbags.

Partagez !

Mission RESOLAG à Mangareva : installation de deux nouvelles sondes (02/2022)

Grâce au programme PROTEGE, deux techniciens DRM du RESOLAG se sont rendus à Mangareva fin février 2022 afin d’installer deux nouvelles sondes multiparamètres dans le lagon de l’île perlicole.

Suivi depuis 2018 grâce à la présence d’une sonde multiparamètres, la DRM a décidé de renforcer son action et suit désormais deux sites au sein du lagon dont la zone de collectage et la zone d’élevage de nacres. Ce déploiement au sein de ce grand lagon a pour objectif d’être en mesure de comparer les données des deux sites et mieux comprendre le fonctionnement du lagon des Gambier, notamment sur les variations du collectage.

Partagez !

Un nouvel outil pour suivre la qualité du milieu marin en contexte aquacole (02/2022)

Dans le cadre du projet PROTEGE, la Direction des ressources marines (DRM) a présenté mardi 15 février dernier en salle de conférence de presse de la Présidence, le Guide pour le suivi du milieu marin sous influence aquacole et perlicole. En présence de Tea Forgier et Jean Christophe Auffray, respectivement déléguée à la recherche et délégué territorial à la recherche et à la technologie, la DRM a présenté aux bureaux d’études, chercheurs et aux aquaculteurs présents un nouvel outil destiné à accompagner les exploitants et les comités de gestion à mettre en place des dispositifs de suivis du milieu.

Co-réalisé par MELANOPUS (Guénolé BOUVET) et CMOANA CONSULTING (Charlotte MORITZ), le guide a vocation à proposer une méthode pour identifier les pressions exercées par une activité aquacole et perlicole et définir des paramètres utiles à la mise en place d’un suivi environnementale. Le guide établit les différents forçages selon les activités (pisciculture en cages, crevetticulture en cages et en bassin de terre, écloserie, perliculture), propose une série de paramètres et points d’échantillonnage pertinents de suivi pour atteindre les objectifs définis. 6 exemples permettent d’illustrer différents contextes et suivi optimal à mettre en place.

Lors de la présentation, les discussions ont permis d’évoquer les différentes problématiques rencontrées par les acteurs concernant la clarté de la réglementation, la présence de contrôle, le partage des coûts, la bancarisation et la mutualisation des données.

Cet outil méthodologique, accessible en ligne sur le site de la DRM, est une première version destinée à évoluer dans le temps. Il met également en avant l’importance de collecter une donnée standardisée pour agir de manière efficace et préserver nos milieux.

Partagez !

Mission à Rangiroa : Présentation des résultats d’études sur la valorisation des produits de la pêche (02/2022)

En partenariat avec le projet PROTEGE, la Direction des ressources marines (DRM) s’est rendue à Rangiroa début février afin de présenter à la population deux études sur la filière de valorisation des produits et co-produits de la pêche. La réunion a été ouverte par Monsieur le Maire Teina Maraeura, puis la DRM a présenté une étude de faisabilité technico-économique de valorisation des déchets de poissons à Rangiroa, puis l’Analyse-diagnostic du secteur de l’agro-transformation du poisson lagonaire.

L’étude de faisabilité technico-économique de valorisation des déchets de poissons à Rangiroa a eu comme objectif de dégager les conditions de rentabilité d’un projet, dont la matière première serait obtenue auprès des nombreuses entreprises de transformation du poisson, et dont les produits seraient élaborés pour couvrir au maximum les besoins des agriculteurs de l’île. Compte tenu du contexte de l’île, le matériel à disposition et des volumes très importants de co-produits à traiter, les recommandations préconisent l’acquisition d’un éco-digesteur.

La seconde présentation restituait les résultats de l’Analyse-diagnostic du secteur de l’agro-transformation du poisson lagonaire en Polynésie. Cette étude s’est attachée à notamment à étudier les réalités et attentes des professionnels de Rangiroa, Arutua et de Tahiti. Les forces et faiblesses du secteur ont étés présentées et les recommandations d’actions propres au contexte de Rangiroa ont été discutées.

De riches échanges ont suivis les présentations : l’utilisation partagée d’un broyeur, la mise en place de coopératives de pêche, le rôle des intermédiaires sur la chaine de valeur, etc.

Les deux études sont disponibles sur demande auprès de la DRM.

Partagez !

Mission du RESOLAG dans l’atoll historiquement collecteur d’Arutua (11/2021)

Grâce au programme PROTEGE, le technicien DRM du RESOLAG s’est rendu à Arutua en décembre 2021 afin de procéder à l’entretien et au changement des instruments en place actuellement. La sonde multiparamètres en place depuis le début d’année a été récupérée et remplacée par un capteur de température plus simple et robuste.

De plus, des tests de collectage sur collecteurs coupelles sont en cours à Arutua depuis avril 2021. Les collecteurs coupelles pourraient être une alternative aux collecteurs en ombrière et pourraient offrir une meilleure protection des naissains par rapport aux prédateurs naturels de l’huître. En effet l’île est dépendante des atolls voisins pour obtenir des huitres à greffer (Ahe, Manihi, Takapoto…) car les perliculteurs de Arutua estiment que leur lagon ne produit pas assez d’huitres pour rentabiliser la pose de lignes de collectage.

La mission a ainsi permis de montrer un potentiel de collectage non négligeable dans le lagon. Cependant, les huitres sont victimes d’une très forte prédation par les o’iri, poissons balistes. Les premiers résultats sur Arutua indiquent que collecteurs coupelles semblent plus efficaces que les collecteurs en ombrière, notamment pour la protection contre les prédateurs bien que certaines coupelles ont tout de même été croquées par les balistes. Des tests de colleteurs protégés par un grillage pourraient être envisagés l’année prochaine. Le développement du collectage à Arutua (atoll historiquement collecteur dans les années 90) permettrait de limiter les transferts inter-îles. Ces transferts sont toujours un risque de contamination pour le lagon receveur.

Une mission de comptage du stock sauvage devrait avoir lieu l’année prochaine afin d’aider à l’évaluation du potentiel de collectage de l’île.

Partagez !

Mission Mangareva / perliculture, méthode de collectage (10/2021)

La DRM revient tout juste d’une mission à Mangareva pour l’essai d’une nouvelle méthode de collectage. Cette mission s’est réalisée dans le cadre du programme RESOLAG et en partenariat avec PROTEGE.

Une équipe de la DRM s’est rendu sur Mangareva pour estimer le succès du collectage de naissain de la saison 2020/2021. La mission a aussi permis de tester l’efficacité d’un nouveau système de collectage. Ce système consiste en l’empilement de coupelles ou viennent se fixer les nacres.

Ce nouveau système, plus résistant que les collecteurs classiques en ombrière a été distribué à certains perliculteurs volontaires en 2020 afin de les tester dans le lagon.

Les résultats du collectage par le nouveau système sont pour l’instant mitigés, mais l’étude poursuit cependant son cours pour avoir des résultats sur de plus grandes échelles de temps.

Partagez !

Mission Takaroa-Takapoto / perliculture (03/2021)

La DRM revient tout juste de mission à Takaroa et Takapoto.

Une semaine pour traiter trois (3) sujets dans le cadre du programme PROTEGE :

  1. Le RESOLAG (réseau de suivi du milieu marin) : entretien des sondes, mise en place de capteurs et acquisition de données.
  2. Les déchets perlicoles : lancement des actions de nettoyage et création d’une association dédiée sur chaque île.
  3. Les matériaux bio-sourcés pour remplacer le plastique : des tests de nouveau type de collecteur, dont certains en matériaux biosourcés, sont en cours.

Une équipe de tournage a aussi accompagnée la DRM afin de réaliser des films d’information et sensibilisation sur les thématiques !

Partagez !

Valorisation des déchets de crevettes (03/2021)

La DRM, la CPS et la DAG se sont déplacées à Vairao pour aller à la rencontre de deux aquaculteurs qui ont accepté de participer au projet de valorisation de leurs déchets (boues de crevettes et déchets de cages).

La première étape du projet consiste à prélever des échantillons de déchets afin de les faire analyser puis tester par la DAG.

Nous étions accompagnés de Marama Production en charge de la réalisation d’un film sur le sujet.

Cette action s’intègre dans un projet plus vaste de valorisation des déchets de poissons et de nacre, afin d’accompagner les 3 filières de la DRM : pêche, aquaculture et perliculture.

Partagez !

Réunion PROTEGE/DRM Aquaculture à Vairao (02/2021)

Réunion Aquaculture à Vairao

La semaine dernière, toute l’équipe aquaculture de la DRM s’est réunie à Vairao en présence du directeur de la DRM, afin de faire le bilan de 2020 et de discuter des perspectives et programmations pour 2021.

Cette journée a été l’occasion de revenir sur les 3 filières prioritaires de Polynésie (crevette, bénitiers et paraha peue) et celles pour la diversification de l’aquaculture (macroalgues, holothuries (rori), huîtres de roches, éponge, chanos et cônes) intégrant les nouvelles techniques (mésocosme, crevette en cages, bioremédiation, aquaponie). Ont aussi été effectués les bilans des travaux en cours sur les chantiers de construction à VAIA et l’aménagement de la zone Biomarine de Faratea, sans oublier tous les autres travaux d’accompagnement des filières que mène et projette cette équipe.

Une présentation du projet PROTEGE a été faite aux agents, afin qu’ils prennent connaissance des autres thématiques du projet :

  • gestion des ressources,
  • valorisation des produits,
  • et gestion des déchets.

Partagez !

Mission Rangiroa (02/2021)

Mission Rangiroa

La Direction des ressources marines (DRM) s’est déplacée à Rangiroa, en semaine 6, afin de présenter le prestataire en charge de la réalisation de l’étude de faisabilité du projet de valorisation des déchets de poissons en engrais sur l’île. Les pêcheurs, transformateurs et agriculteurs ont réitéré leur intérêt pour le projet.

La Direction de l’agriculture de Polynésie française (DAG), la commune et la DRM viendront en appui pour fournir un projet clé en main et viable sur les aspects techniques, administratifs et financiers.

Prochain rendez-vous sur l’île dans 4 mois (mi-juin) pour les résultats de l’étude et le lancement de l’appel à candidature pour sélectionner le porteur de projet.

Partagez !

Mission Takaroa-Takapoto (08/2020)

Mission Takaroa-Takapoto
La DRM s’est déplacée sur les îles de Takaroa et Takapoto afin :
  • d’assurer la maintenance des sondes pour le RESOLAG (réseau d’observation des lagons perlicoles),
  • d’installer et entretenir les instruments de mesure (RBR, courantomètre, valvomètre),
  • de réaliser un suivi du collectage,
  • de discuter avec le comité de gestion de la perliculture de Takapoto ainsi qu’avec des perliculteurs et la commune de Takaroa des actions en cours (RESOLAG, déchets perlicoles et tests de biomatériaux),
  • d’informer sur le projet PROTEGE (financé par le 11ème FED) et de faire le point sur les besoins en communication,
  • de réaliser des entretiens pour un poste au sein de l’antenne DRM de Takapoto.

Partagez !

Dispositif de Concentration de Poissons (DCP) en biomatériaux (07/2020)

Dispositif de Concentration de Poissons (DCP) en biomatériaux
Depuis l’année dernière, la DRM a lancé des tests pour l’utilisation de cordes (18mm) en chanvre de manille (fibre naturelle) dans la fabrication des DCP.
Au total, 5 DCP ont été installés dans les Iles-Sous-le-Vent.
Dans le cadre du projet PROTEGE, ces tests vont continuer pour différentes applications dans différentes îles de Polynésie : ligne mère pour la perliculture (à Takapoto), stations de collectage de bénitier (à Reao), ligne mère de sondes multiparamètriques (à Vairao). D’autres biomatériaux vont aussi être testés : la fibre de coco et le bambou tressé afin de réduire l’utilisation de plastique et favoriser l’utilisation de matériaux bio-dégradables pour la pêche, l’aquaculture et la perliculture.

Partagez !

Mission ZPR à Raiatea (07/2020)

Mission de la DRM sur l’île de Raiatea.

Comité de gestion de la ZPR de Puohine, pêches expérimentales de crabes verts, suivi des bénitiers, information sur les actions PROTEGE – DRM, rencontre de la DIREN et de la DCP pour un échange sur les actions PROTEGE, discussion sur la création d’une nouvelle ZPR.

De nombreux échanges ont eu lieu avec la collaboration de l’antenne DRM des Raromatai, de la commune de Taputapuatea et des communes associées de Puohine et Opoa ainsi que des membres du comité de gestion et des pêcheurs de Puohine, acteurs très impliqués dans la gestion de leurs ressources !

Partagez !

Plan Climat Energie (PCE) – Autonomie alimentaire (16/07/2020)

La DRM était conviée aujourd’hui à un atelier organisé par le service des énergies en charge de la réalisation du PCE.

Il a été question de sécurité alimentaire avec une intervention de la DAG et son schéma directeur agricole qui prévoit la réalisation d’un plan alimentaire territorial dans des sites pilotes comme la restauration collective dans les commune. Une intervention du SPC sur l’implication des communes dans les démarches de circuits courts, d’achats de produits locaux, de jardins partagés…

La DRM a présenté deux axes structurants de son intervention qui participent à la sécurité alimentaire :

  • les Zones de pêche réglementées (ZPR) qui œuvrent à la gestion et l’exploitation durable de la ressource,
  • 4 projets d’aquaculture durable, familial et insulaire :
    1. la crevetticulture en cage lagonaire,
    2. l’aquaculture de bénitiers issus de collectage de naissains,
    3. l’aquaponie basé sur le “pati”
    4. l’algoculture

Par ailleurs, dans le cadre du programme PROTEGE, financé par le 11ème FED, la DRM a axé la valorisation des produits consommés sur la transformation de la chair de bénitier et celle de poisson et la valorisation des produits non consommés sur la valorisation des boues de crevettes, des déchets de poissons et de nacre en agriculture.

Partagez !

Comité de coordination technique (CCT) PROTEGE (10/07/2020)

Ce vendredi 10 juillet, la Direction des ressources marines (DRM) a participé au CCT PROTEGE afin de faire le point sur :
– les décisions du 2ème COPIL
– le rapportage technique et financier mi-2020
– la programmation technique territoriale 2020 et les impacts du COVID19
– la mise en œuvre du programme

Plus d’infos ICI

Partagez !

Mission valorisation des déchets de poissons – Rangiroa (03/07/2020)

La Direction des ressources marines (DRM) s’est déplacée la semaine dernière à Rangiroa pour étudier la faisabilité d’un projet de valorisation des déchets de poissons en agriculture (engrais, compost, alimentation).

Nous avons pu discuter avec les professionnels (transformateurs et agriculteurs), avec la DAG et la commune pour faire un état des lieux de la situation.

Toutes les parties prenantes sont convaincues du projet, reste à définir le porteur et la formalisation de l’appui de la DRM et de la DAG dans le cadre du programme PROTEGE financé par le 11ème FED.

Partagez !

Point d’avancement des actions PROTEGE – Vairao (06/2020)

Comme toutes les deux semaines, l’équipe PROTEGE (4 postes) se réunit pour faire le point d’avancement des actions financées par le 11ème FED et mises en œuvre par la DRM.

Cette fois-ci l’équipe s’est retrouvée à Vairao pour faire un focus sur la partie aquacole du projet avec le développement des filières marava et macro-algues.

On a aussi abordé les actions liées au réseau d’observation du milieu marin et celles sur la mise en place des ZPR.

Partagez !

Visite de l’éco-digesteur du CJA de Fare-Ute (06/2020)

La DRM a eu l’occasion de visiter le CJA de Fare-Ute et son éco-digesteur qui après broyage, transforme des déchets de poissons en engrais pour l’agriculture.

Très belle initiative qui nous inspire pour notre projet de valorisation des déchets de poissons et de bassins et cages de crevettes dans le cadre du programme PROTEGE (financé par le 11ème FED).

Partagez !