POURQUOI UNE RÉGLEMENTATION ?

Les lagons abritent des ressources alimentaires très importantes pour la population. Toutefois, ces ressources, ne sont pas exploitées de la même manière : certaines espèces sont plus recherchées et donc plus menacées. La réglementation a été mise en place pour protéger les organismes qui sont les plus en danger afin qu’ils ne disparaissent pas. Il ne faut donc pas la considérer uniquement sous l’angle répressif mais plutôt comme un outil pour que nos enfants et les générations futures puissent aussi profiter de ces richesses.

POURQUOI UNE TAILLE MINIMALE DES PRISES ?

Chaque organisme naît, croît, se reproduit et meurt : c’est le cycle de la vie. Avant de pouvoir se reproduire, il lui faut atteindre un certain âge et donc une certaine taille. Ne pas capturer les individus en dessous de cette taille permet aux populations de se régénérer. La taille minimale indiquée, variable selon l’espèce, correspond à la taille qui permettra aux individus de se reproduire au moins une fois dans sa vie.

POURQUOI UNE INTERDICTION SUR LES CRUSTACÉS QUI PORTENT DES ŒUFS ?

Les femelles de certains crustacés ont la particularité de porter des milliers d’œufs fécondés sous leur abdomen et sont ainsi facilement décelées. En relâchant ces individus, on leur permet de pondre et ainsi de libérer les larves qui vont pouvoir régénérer la population.
Télécharger le texte au format PDF

TAPU

Durant cette période, la pêche, le transport, la détention, la commercialisation et la consommation sont interdits.

TAPU PERMANENT

Pour les crustacés femelles qui portent des œufs :  les langoustes, les cigales de mer, les squilles, les crabes verts et les chevrettes.

Il est interdit de pêcher, détenir, transporter, commercialiser et consommer le crabe vert, la cigale de mer et la squille, de novembre à janvier, la chevrette et la perche,  de novembre à février et la langouste de février à avril.

En cas d’infraction, le contrevenant s’expose :

  • une contravention de 5ème classe. En cas de récidive les peines sont doublées,

  • la saisie et la confiscation des produits pêchés, transportés, détenus et commercialisés en infraction.

Sous réserve d’une homologation par la loi, la peine complémentaire suivante, pourra être appliquée aux auteurs des infractions : saisie et confiscation du matériel de pêche et des embarcations. Selon qu’ils sont prohibés ou non les engins de pêche sont détruits ou vendus.

RAHUI

Durant cette période l’exploitation est autorisée sous certaines conditions (taille, œufs).

Langouste / Oura miti

Squille/Varo

Squille / Varo

Cigale de mer / Tianee

Cigale de mer / Tianee

Crabe vert / Upai

Chevrette / Oura pape

Poisson de rivière / Nato

Troca

Burgau – Maoa Taratoni

Pour  le Troca et le Burgau : Exploitation strictement interdite sauf dans le cadre d’une exploitation organisée (Ouverture de la pêche) par le comité de surveillance de la commune, mais la période, le quota, les tailles ainsi que les modalités de commercialisation sont fixés préalablement par un arrêté en Conseil des Ministres.

Bénitier – Pahua (Taille minimum autorisée : 12 cm)

Le dépliant et l’affiche sont disponibles au format papier à la Direction des ressources marines, Papeete, Fare Ute, Immeuble Lecaill.

Télécharger le dépliant au format PDF

Illustrations : Rachel O’Shea et Hazel Adams, © CPS // © Moea CABRAL