Remplir le Formulaire d’observation de DCP dérivants

cliquez ICI

Télécharger le formulaire au format papier (Reo)

Formulaire d’Observation et de Déclaration de DCP Dérivants

Pourquoi participer ?

Les DCP dérivants sont une source de pollution, une menace pour nos récifs coralliens, ainsi qu’un danger pour la navigation. Le programme «DCPech» associe la DRM, l’IRD et l’UPF (UMR-EIO). Il vise à mieux comprendre le phénomène d’échouage des DCP dérivants en Polynésie française. En partageant vos observations, vous nous aiderez à lutter contre ce phénomène. Mauruuru !

LES DCP DÉRIVANTS SONT DES DÉCHETS

MERCI DE NE PAS LES RAPPORTER A LA DRM

La DRM ne récupère pas les DCP dérivants ni ses composants. La radio-balise d’un DCP dérivant n’est pas reprogrammable et il est également impossible de connaitre le nom du propriétaire. Dans le cadre de notre projet, nous identifions les types, lieux, quantités de DCP dérivants mais nous ne nous chargeons pas de leur traitement. Les DCP dérivants doivent faire l’objet d’un traitement particulier. Rapprochez vous des organismes compétents en la matière.

Les DCP dérivants sont utilisés massivement par certains thoniers senneurs, faisant peser un lourd risque de surexploitation sur les ressources halieutiques. L’interdiction de la pêche industrielle à la senne a été mise en place en Polynésie française afin de protéger ses ressources des impacts négatifs de ces engins de pêche. Cependant, la ZEE polynésienne est entourée de zones de pêche à la senne sous DCP dérivants. Elle subit donc un flux de DCP dérivants dont l’ampleur est difficilement évaluable scientifiquement.

Ces DCP dérivants génèrent une quantité importante de déchets, détruisent les récifs coralliens, constituent un piège pour la faune marine et un danger pour la navigation.

En collaboration avec l’Université de Polynésie française, la Direction des ressources marines dirige un programme d’étude portant sur le suivi de ces DCP dérivants dans la ZEE de Polynésie française.