Le Dispositif de Concentration de Poissons (DCP)

+ de 35 ans d’expérience

Depuis 1981, la Direction des ressources marines (ex Service de la pêche) a ancré plus de 748 D.C.P. autour des îles de l’ensemble des archipels de la Polynésie française.

82 D.C.P. en place : 35 dans l’archipel de la Société, 7 aux Australes, 12 aux Marquises, 28 aux Tuamotu dont 5 financés conjointement par le Pays et les professionnels.

 

OBJECTIFS

Permettre aux artisans pêcheurs de :

  • Diminuer les coûts de carburant (moins de temps pour la recherche de bancs de poissons);
  • Améliorer les rendements de capture d’espèces pélagiques (thon jaune, thon blanc, bonite, thazard, mahi mahi et marlin);
  • Maintenir l’activité;
  • Créer des activités de proximité;
  • Pallier aux problèmes liés à la raréfaction de la ressource et à la ciguatera dans les archipels éloignés;
  • Permettre aux populations une consommation régulière de poissons frais et de qualité dans le cadre de la sécurité alimentaire.

Test Radiobalise sur DCP

A venir …

  • Maintenir un parc permanent de D.C.P. dans l’ensemble des archipels de la Polynésie française, en particulier les archipels éloignés où l’activité de pêche lagonaire est limitée.
  • Réadapter la réglementation autour du D.C.P., notamment en interdisant aux thoniers de pêcher à moins de 5 miles nautiques, toute technique de pêche à moins de 100 m, et identifier les lignes de pêche à proximité.
  • Associer les professionnels au financement, à l’ancrage, au suivi et à la gestion des D.C.P..
  • Équiper des D.C.P. de radio-balise satellitaire permettant de suivre à distance la quantité de poissons agrégés sous un D.C.P..
  • Élaborer et tester des matériaux biodégradables visant à réduire l’utilisation de matériels produisant des micro-plastiques.

Un outil à la disposition de tous les artisans pêcheurs

Le coup moyen unitaire des nouveaux D.C.P. ancrés, pose comprise, est de 550 000 Fcfp à 735 000 Fcfp, en raison principalement des profondeurs d’ancrage variant de 1200 mètres à 2500 mètres, des moyens logistiques et humains utilisés pour les ancrages, et du lieu d’ancrage (coût du fret maritime).

Entretien de DCP ISLV

Composition du D.C.P. léger

La partie émergée, constituée d’un chaînon de bouées, d’un mât et si possible d’un réflecteur radar, permet la localisation du dispositif et le maintien du cordage.

Le cordage constitué de matériaux différents permet de relier l’ensemble du dispositif.

L’ancrage de corps-morts de plusieurs centaines de kgs, posé sur le fond, permet de maintenir le D.C.P. dans une zone géographique donnée.

D.C.P. de Sub-surface

En novembre 2016, la DRM a ancré le premier D.C.P. de sub-surface (immergé sous l’eau), conformément aux recommandations du colloque de 2011, pour réduire les ruptures de D.C.P. liées à la détérioration du chaînon de bouées de surface (vandalisme, effets des vagues, de la houle et des UV) et réduire les accrochages des lignes de pêche dérivantes sur le cordage vertical du D.C.P..

Le challenge en Polynésie française est de pouvoir ancrer ce type de D.C.P. sur la pente externe récifale à des profondeurs relativement uniformes et par des fonds généralement supérieurs à 1000 mètres.

Réglementation

Arrêté n°1661/CM du 4 décembre 2000 relatif à la protection des dispositifs de concentration de poissons (D.C.P.).

  • Interdiction à tout navire de rentrer en contact, de s’amarrer ou de s’approcher à moins de 100 mètres d’un D.C.P.
  • Pas de mouillage, même temporaire, de bouées de pêche à moins de 100 mètres d’un D.C.P.
  • Pas de ligne de traîne ou de ligne de fond à moins de 100 mètres d’un D.C.P.
  • Coupez immédiatement toutes lignes emmêlées au D.C.P.

Les contrevenants sont passibles des peines de contravention de 5ème catégorie et consécutivement le retrait temporaire voire définitif de la licence professionnelle de pêche.

Télécharger le dépliant au format PDF