La perliculture

Les concessions perlicoles

Fin 2019, la surface totale exploitée pour la perliculture était de 8 456 hectares soit une baisse de 6 % par rapport à l’année précédente. Pour 2019, la superficie a été calculée sur la base des autorisations d’occupation du domaine public. Elle est restée relativement stable.

La répartition des surfaces autorisées reste la même avec les Tuamotu qui représentent 72 % de la surface exploitée (soit une baisse de 9 % par rapport à l’année précédente), les Gambier 23 % et les Îles Sous-le-Vent avec 4 % de la surface autorisée totale. La surface totale autorisée se répartit sur 31 îles : 26 îles aux Tuamotu, Mangareva aux Gambier, 3 aux Îles Sous-le-Vent et à Tahiti.

Surface d’élevage et de greffe, et collectage

Nombre de collectage

Surface d’élevage et de greffe

Les producteurs

Le nombre de producteurs de perles de culture de Tahiti détenteurs de cartes a baissé, il est passé de 378 en 2018 à 358 en 2019, soit une baisse de 5 %.

Le nombre de producteurs d’huîtres perlières a lui aussi baissé ainsi que le nombre de stations de collectage. Il est ainsi passé de 613 en 2018 à 604 en 2019 soit une baisse de 1,5 %.

Contrôle après production des perles de culture

Depuis la LP n°2017-16, les producteurs de produits perliers ont l’obligation de présenter leurs productions à la cellule contrôle qualité de la DRM pour enregistrement (contrôle après production).

Les négociants et les ventes aux enchères (VAE)

En 2019, aucune nouvelle demande n’a été octroyée, ni aucune carte annulée.

Une organisation professionnelle (GIE Poe O Rikitea) ainsi que la SC Tahiti Perles ont organisé des ventes aux enchères en mars, juillet et novembre 2019.

Environ 1 million de perles ont été présentées lors de ces ventes.

Commerçant de nucléus

« Est commerçant de nucléus toute personne physique ou morale fabriquant, achetant, recyclant ou important des nucléus dans le but de les vendre. » (Article LP 23)

En 2019, 2 nouvelles cartes ont été délivrées et aucune n’a été résiliée. On atteint donc un nombre total de 14 commerçants de nucléus.

Importation de nucléus

Toute importation de nucléus est désormais obligatoirement soumise à la production d’une licence d’importation qui est systématiquement remis à l’avis de la DRM.

« Seuls les titulaires d’une carte valide de commerçant de nucléus ou de producteur de produit perliers et le servie en charge de la perliculture peuvent importer des nucléus. Chaque importation de nucléus est obligatoirement soumise à la production d’une licence d’importation délivrée par le service en charge de la perliculture. » (Article LP. 30)

En 2019, 23 785 258, nucléus ont été importés, indiquant une baisse de 4 875 392 (- 17 %) par rapport à 2018.

Presque tous les nucléus ont été importés en Asie (98 %), la plus grande partie au Japon (72 % par rapport au nombre total de nucléus importé et 74 % par rapport au nombre de nucléus importé en Asie). Les 2 % restants sont importés aux États Unis.

Détaillant-artisan de produits perliers

« Est détaillant-artisan de produits perliers tout artisan traditionnel tel que défini par la réglementation en vigueur qui, même à titre accessoire, se livre ou prête son concours aux opérations d’achats en semi-gros ou au détail, uniquement auprès de producteurs, de négociants de produits perliers, en vue de la revente de produits perliers tels que définis aux articles LP 2, LP 3, LP 4 et LP 5 de la présente loi du pays uniquement montés en objet d’artisanat traditionnel, à des clients les utilisant pour leur usage particulier. » (Article LP 68)

Détaillant-bijoutier de produits perliers

« Est détaillant-bijoutier de produits perliers toute personne physique ou morale qui, même à titre accessoire, se livre ou prête son concours aux opérations d’achats en semi-gros ou au détail, uniquement auprès de producteurs, de négociants de produits perliers, en vue de la revente de produits perliers tels que définis aux articles LP 2, LP 3, LP 4 et LP 5 de la présente loi du pays, bruts ou travaillés (classés à la position tarifaire douanière 71.01), montés en ouvrages ou en articles de bijouterie (classés à la position tarifaire douanière 71.13 et 71.16) à des clients les utilisant pour leur usage particulier ou à d’autres détaillants bijoutiers de produits perliers. » (Article LP 67)

Il n’y a pas d’obligation de détenir une autorisation de l’activité de détaillant-bijoutier. Cependant, un détaillant-bijoutier est soumis aux obligations déclaratives.

En 2019, 120 détaillants-bijoutiers sont enregistrés à la DRM dont 67 ayant effectués les démarches administratives auprès de la DRM.