La pêche hauturière

Les palangriers constituent l’unique flottille de pêche hauturière de la Polynésie française. Elle est composée d’unités mesurant de 13 à 25 m exploitant les espèces du large valorisés en frais ou en congelé. Après avoir atteint un maximum historique de 75 unités en 2004, la flottille active a progressivement diminué jusqu’en 2016, ayant des conséquences sur la capacité de la filière à satisfaire la demande à l’export. Depuis, la flotte a amorcé un renouvellement. Ainsi en 2021, il y a désormais 73 navires actifs (+ 1,3% par rapport à 2020).

La production commerciale en 2021 a atteint 6 747 tonnes, soit une augmentation de 18,4 % (+ 1 051 t) par rapport à 2020. Les débarquements de thon germon, qui est la principale espèce pêchée par la flotte, ont diminué par rapport à 2020, avec 120 t de moins (soit – 4,3 %). Les débarquements de thon à nageoires jaunes, espèce qui occupe le deuxième rang dans les volumes débarqués, ont augmenté de 1080 t (+ 105 %). Les débarquements de thon obèse, au troisième rang, ont augmenté eux aussi de 166 t (+ 19,4 %). Par rapport à 2020, les espèces tropicales (thon à nageoires jaunes et thon obèse) sont beaucoup plus représentées alors que les espèces subtropicales telles que le thon germon, ont vu leurs captures diminuer légèrement en 2021.

Les rendements (kg/100 hameçons) en thon germon ont diminué de 10 % par rapport à 2020. Les rendements de thon à nageoires jaunes et du thon obèse ont quant à eux augmenté de respectivement 90 % et 10 % en raison d’un ciblage plus important des thons à chair rouge.

Pratiquement toute la production a été débarquée sous forme de produits réfrigérés (96 %). La production en congelé a représenté 4 % des captures totales en 2021. Il y a une augmentation de la production en congelé de 36% (+ 97 tonnes) par rapport à 2020 liée à l’entrée en flotte de 2 navires congélateurs, alors qu’on observait une diminution régulière les années précédentes.