SIG UNDERGROUND Insertion des données de contrôles terrain

///SIG UNDERGROUND Insertion des données de contrôles terrain
SIG UNDERGROUND Insertion des données de contrôles terrain 2019-01-08T14:41:43+00:00

SIG UNDERGROUND Insertion des données de contrôles terrain

La récolte de ces données se fait grâce à divers outils dont un GPS au format UTM utilisant Windows mobile. Windows mobile est la version de Microsoft Windows qui permet d’utiliser tous ces programmes sur un téléphone mobile. Le GPS utilisé est un petit appareil permettant de relever grâce à des points la position du lieu où l’on se trouve.

Un GPS ou Global Positionning System est par définition « un récepteur qui convertit des signaux émis par des satellites pour les transformer en une position géographique» (selon François-Xavier Ricardou). Ce réseau GPS s’appuie sur 30 satellites en orbite autour du globe, qui vont calculer la distance entre le récepteur et le satellite pour donner une position, permettant concrètement de vous dire où vous êtes. Ainsi, les GPS utilisent le principe de triangulation, qui permet de connaître une position précise grâce au croisement de trois satellites.

GPS

Image : Modèle Geneq SX Pad utilisé par les agents de terrain de la DRMM

Triangulation

Image : Principe de triangulation du GPS

Prise des points sur un GPS :

Afin de pouvoir prendre des points à partir d’un GPS, il nous faut une zone dégagée de tout obstacle pouvant interférer avec les ondes émises par les satellites, puis activer son GPS. Attendre que le GPS se calibre sur la constellation de satellites dans son champ de réception et appuyer sur le bouton « prise de point » pour enregistrer votre position.

Prise de points GPS

©  FX Ricardou Journaliste

Image : prise de points GPS

L’UTM ou Universal Transverse Mercator est une représentation des mesures de la surface de la Terre mis en place par le géographe et mathématicien Gerhard Kremer dit Mercator (1512- 1594) à l’attention des navigateurs. L’UTM peut être donné en fonction des coordonnées géographiques de latitude et de longitude, et de ce fait en Polynésie française nous sommes en zone UTM 5, 6, 7 et 8 Sud. Dans le système, on ne se soucie pas des latitudes. En effet, seule la longitude permet de déterminer le fuseau UTM (zone).

Exemple : Tahiti est à la latitude  -17.618° Sud et à la longitude  -149.48° Ouest, donnant une zone UTM de 6 SUD (Carré rouge sur la carte).

Zone UTM avec TAHITI

Image : Carte des zones UMT

 Il est possible d’extraire les données de PerliSIG via un fichier .apm dans le GPS. Il fait office de mini ordinateur portable. C’est grâce aux données récoltées sur le terrain qu’il est possible de renseigner au mieux le serveur de la DRMM nommé « PerliSIG ». PerliSIG s’appuie sur un SIG et a été développé par le Service de l’Informatique du Pays. Ce logiciel permet de se connecter à deux vues de la base de données de la DRMM (Perliprog). Cette suite permet de suivre au mieux les activités des exploitants dans les îles et atolls.

Ainsi, l’insertion des données de contrôles terrain s’organise de cette façon :

Insertion des données terrain

Les données embarquées dans le GPS (.apm) ne modifient en rien la carte d’origine et sont lisibles par le GPS. C’est un type de format de fichiers qui va stocker les couches de données. Le nombre de couches dépend de celles créées dans PerliSIG. En utilisant un logiciel embarqué, appelé ArcPad, il est possible de collecter des données et de capturer, de modifier et de mettre à jour des informations géographiques rapidement.

Les agents de terrain rédigent un procès-verbal de constat (voir exemple PV de constat). Celui-ci est également visé par l’exploitant et prend en compte toutes les informations liées à sa concession maritime et au contrôle réalisé.

 A savoir : Pour la saisie d’un PV de constat, il est créé ce que l’on appelle une fiche EMREC (« emplacement recensé ») dans Perliprog. La création d’une forme (visuel) sous PerliSIG va permettre d’avoir un lien dans lequel une forme sera associée à ce PV de constat.

L’importance du PV de constat :

Ce PV de constat est important car il va officialiser la position géographique de la concession maritime. Celle-ci est un espace réglementé du domaine public maritime et peut être octroyée pour un temps donné à un exploitant selon la demande et la nature de l’espace.

Le contrôle de la concession maritime, détermine si celle-ci s’est étendue, réduite ou a changé de lieu. Toutes ces modifications passent par un acte administratif (PV de constat) qui va normaliser le contrôle de terrain.

Dans le cas où l’exploitant ne régularise pas sa situation, une mise en demeure lui est adressée et il a un délai de trois mois pour régulariser sa situation. Sans régularisation, une sanction sera prononcée à son encontre.